Api passion

Pour les passionnés d'apiculture, d'abeilles et de miel.
 
AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion

N'hésitez pas à participer à ce forum en postant vos commentaires, vos remarques, vos infos...

Pour cela connectez vous... en cliquant sur une des deux abeilles.

Derniers sujets
» Monsanto condamné !
Mer 19 Avr - 15:32 par Vavid

» Les céréales, les fleurs, le miel et les abeilles
Mer 5 Avr - 20:56 par Vavid

» Les calculs du ministère pour sauver les pollueurs !
Mer 5 Avr - 20:54 par Vavid

» Revivez nos missions en RDC.
Sam 18 Mar - 18:10 par Vavid

» Quelques études intéressantes...
Lun 23 Jan - 14:33 par Vavid

» Excellentes émissions
Mer 18 Jan - 19:24 par Vavid

» Dessins de presse
Lun 16 Jan - 17:08 par Vavid

» PLAN D'UNE MIELLERIE
Mer 28 Déc - 14:20 par dimix972

» Rucher communal de Soudan
Sam 19 Nov - 17:19 par Vavid

Répondre

Partagez | 
 

 Tous victimes des pesticides

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vavid
Admin


Messages : 150
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Pesticides : l'alerte des médecins du Limousin   Dim 17 Mar - 17:01

par Bruno Martrette | Publié le 17 Mars 2013

Des médecins limousins lancent l’alerte sur les risques sanitaires liés à l’usage intensif des pesticides. Ils demandent une réduction de 50 % de l’usage des pesticides en Limousin à l’horizon 2020.

« Trop de signaux de danger sont au rouge », explique le Dr Michel Perinaud, porte-parole de ces médecins en colère. Pour la première fois en France, des médecins du Limousin interpellent de façon officielle les autorités régionales sur l’impact sanitaire des pesticides dans leur région. Le texte, qui a commencé à circuler dans les cabinets médicaux de la région il y a quelques semaines, compte 85 signatures de professionnels, en Haute-Vienne, Creuse et Corrèze.

Cancers, maladie de Parkinson, et troubles du développement neurologique chez des enfants exposés in utero. Selon le collectif, «des liens ont en effet été établis en milieu professionnel agricole entre l’utilisation de pesticides et certaines de ces pathologies » Et ces médecins de rappeler qu'en mai 2012 par exemple, la maladie de Parkinson a été classée comme maladie professionnelle par la Mutuelle sociale agricole.
De plus, pour les médecins signataires de l’appel, « la notion de faible dose n’est pas plus rassurante car de nombreux pesticides s’avèrent être des perturbateurs endocriniens soupçonnés d’une recrudescence d’infertilité dans la population française ». Leur crainte, « le lancement d’une énième enquête qui viendrait s'ajouterr à des enquêtes internationales aujourd’hui incontestées ».

Dans une région agricole avec des activités utilisant en quantité des pesticides pour la culture de la pomme, par exemple, ces professionnels de santé préconisent la mise en place rapide de mesures de précaution relativement simples.
Parmi elles, imposer des distances de sécurité avec les habitations pour protéger les riverains qui vivent à proximité de ces cultures ou encore favoriser des cultures biologiques près des cours d’eau eux aussi largement touchés par l’usage intensif des pesticides. L'interdiction des épandages aériens est également réclamée. Mais leur demande principale consiste en une réduction de 50 % de l’usage des pesticides en Limousin à l’horizon 2020.

Dans le même temps, l’enquête annuelle de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), publiée le 12 mars, confirme une fois de plus la présence importante de résidus de pesticides dans l’alimentation. La contamination des aliments resterait à un haut niveau, avec 65% des fruits et 39% des légumes contenant des résidus en moyenne en Europe selon le plan de surveillance. Pourtant, d'après le rapport, la France se situerait en dessous de ces chiffres moyens avec 53% des fruits et 30% des légumes contaminés par des résidus de pesticides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apipassion.forumgratuit.org
Vavid
Admin


Messages : 150
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Tous victimes des pesticides   Dim 17 Mar - 17:02

par Bruno Martrette | Publié le 19 Février 2013

L'association Générations Futures publie une enquête inquiétante sur l'exposition aux pesticides des salariés viticoles et riverains des vignes.

Le salon international de l’Agriculture ouvre ses portes ce vendredi 23 février à Paris. Pour Générations Futures, une association qui informe sur les risques liés aux pesticides, cet évènement est une occasion d'alerter une fois de plus les pouvoirs publics sur les dangers de ces substances nuisibles pour l'homme. Pour preuve, l'association et  Marie-Lys Bibeyran, une salariée agricole, publient une enquête inédite sur l'exposition aux pesticides des salariés viticoles, qui ne pulvérisent pas les pesticides, mais travaillent dans les vignes. Même si l'étude porte sur un faible nombre de personnes, les résulats donnent une tendance inquiétante.

Entre mi-octobre et mi-novembre 2012, les auteurs de l'enquête ont fait analyser les mèches de cheveux de 25 personnes (15 salariés viticoles du bordelais, 10 non-salariés viticoles dont 5 riverains des vignes du bordelais et 5 « témoins » vivants loin des vignes) afin de mettre en lumière la présence ou non de résidus de pesticides viticoles. Les résultats montrent que l'on trouve 11 fois plus de résidus de pesticides en moyenne chez les salariés viticoles que chez les non professionnels habitant loin de vignes (6,6 pesticides en moyenne contre 0.6). De plus, 4 des 15 salariés viticoles présentaient 10 pesticides différents.

En outre, les risques liés aux pesticides n'affecteraient pas uniquement les salariés viticoles. Les riverains des vignes seraient également touchés. En effet, les chercheurs ont retrouvé 5 fois plus de résidus de pesticides en moyenne chez les non-professionnels de la vigne habitant près des vignes que ceux résidant loin des vignes (3 résidus de pesticides en moyenne trouvés chez les premiers contre 0,6 pour les seconds).

Pour alerter les pouvoirs publics sur les risques encourus par ces populations, l'association rappelle que « plus de 45% des  molécules retrouvées sont classées cancérigènes possibles en Europe ou aux USA » et que « plus de 36% des molécules retrouvées sont suspectées d’être des perturbateurs endocriniens (PE) ».

Ces résultats montrent « clairement que l’exposition des travailleurs agricoles à des pesticides dangereux est importante, même si ceux-ci n'ont pas manipulé les produits  », indique Générations Future. François Veillerette, porte-parole de l'association, rappelle que ce rapport montrerait également « que le simple fait de vivre à proximité de zones cultivées, à moins de 250 mètres augmente votre exposition". D'après Marie-Lys Bibeyran qui a participé a l'enquête « il est indispensable de reconnaître le scandale sanitaire des pesticides en France, on ne peut plus être  à la fois malade et être ignoré en tant que victime, c’est une double peine inacceptable. Il faut interdire les pesticides sur lesquels planent les soupçons de cancérogénicité et sans délai d’écoulement des stocks », conclut-elle.


Dernière édition par Vavid le Jeu 16 Juil - 17:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apipassion.forumgratuit.org
Vavid
Admin


Messages : 150
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Enfin une bonne nouvelle ?   Mer 1 Mai - 16:41

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/04/29/abeilles-trois-pesticides-vont-etre-interdits-dans-l-union-europeenne_3168273_3244.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apipassion.forumgratuit.org
jean-paul



Messages : 57
Date d'inscription : 26/02/2012
Localisation : soudan 79800

MessageSujet: autres infos   Ven 3 Mai - 22:32

Enfin! Ce n'est pas trop tôt, mais en France nous aurons du retard car l'Italie a interdit tous les systémiques depuis 5 ans.
Nous avons obtenu un moratoire de 2 ans sur 3 systémiques et uniquement sur colza, tournesol et maïs.
C'est mieux que de n'avoir rien obtenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vavid
Admin


Messages : 150
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Tous victimes des pesticides   Ven 18 Déc - 19:19

Bisphénol A, phtalates, pesticides : la Commission européenne condamnée pour son inaction
Le Monde.fr | 16.12.2015 à 11h35 • Mis à jour le 17.12.2015 à 10h42 | Par Stéphane Foucart

C’est la première fois, depuis dix ans, que la Commission est condamnée après un recours en carence suite à une poursuite par un Etat membre.


Il n’y a, bien sûr, pas de condamnation pécuniaire, mais le coup est rude. Le Tribunal de l’Union européenne a condamné la Commission européenne, mercredi 16 décembre, pour « avoir manqué à [ses] obligations » sur le dossier des perturbateurs endocriniens (PE).

En vertu du règlement européen de 2012 sur les biocides, Bruxelles devait publier, au plus tard le 13 décembre 2013, les critères scientifiques permettant de réglementer ces molécules de synthèse agissant sur le système hormonal et présentes dans une variété de produits courants (pesticides, plastifiants, bisphénols, solvants, etc.). Or, constate le Tribunal dans son arrêt, « la Commission n’a pas adopté de tels actes » définissant les PE, en dépit d’« une obligation claire, pré́cise et inconditionnelle de [les] adopter » précisée par la réglementation.
Lire aussi : Perturbateurs endocriniens : l’Europe irresponsable

« La Commission ne pourra pas attendre une année supplémentaire avant d’agir »

Le Tribunal de l’Union européenne, l’une des deux juridictions de la Cour de justice de l’Union européenne, avait été saisi par la Suède en juillet 2014 d’un « recours en carence » contre la Commission.
L’affaire est une question importante de santé publique : l’exposition des populations aux PE, à bas bruit, est suspectée d’être en cause dans l’augmentation d’une variété de troubles et de maladies (cancers hormono-dépendants, infertilité, troubles métaboliques ou neuro-comportementaux, etc.). D’autres Etats membres – la France, le Danemark, la Finlande, les Pays-Bas – se sont d’ailleurs associés à la plainte de la Suède, également rejoints par le Conseil européen et le Parlement de Strasbourg.

« Ce genre de recours, de la part d’un Etat membre contre la Commission est extrêmement rare, explique-t-on à la Cour de justice de l’Union européenne. En comptant le cas présent, cela ne s’est produit que quatre fois au cours des dix dernières années. » Mais jusqu’à présent, la Commission avait toujours eu gain de cause ; c’est la première fois que la Commission est condamnée pour défaut d’action. « L’arrêt rendu impose désormais à la Commission de remédier à son inaction dans un délai de temps raisonnable, poursuit-on à la haute juridiction européenne. Le terme “raisonnable” est bien sûr difficile à définir, mais nous constatons qu’il y a déjà deux ans de retard. La Commission ne pourra pas attendre une année supplémentaire avant d’agir. »

« Etude d’impact »

Pour expliquer son retard, la Commission avait plaidé devant le Tribunal la nécessité de conduire une « étude d’impact », avant de définir les critères englobant les PE. Et ce, afin notamment d’évaluer le fardeau économique pour les entreprises, que représenterait une telle réglementation.
L’argument n’a pas été jugé valable par les juges européens, qui constatent qu’« aucune disposition du ré̀glement n’exige une telle analyse d’impact ». Des documents internes à la Commission, rendus publics dans un document récent de la journaliste Stéphane Horel (Intoxication, La Découverte, 2015) montrent que cette étude d’impact, préalable à la prise d’une définition des PE, avait été expressément demandée au secrétariat général de la Commission par l’industrie chimique européenne.

« Nous nous félicitons de ce jugement, déclare François Veillerette, porte-parole de l’association Générations futures. Il reconnaît clairement qu’en ne publiant pas les critères scientifiques pour la détermination des propriétés perturbant le système endocrinien, la Commission a violé le droit européen, ce que nous disons depuis maintenant deux années. »

« C’est un moment rare : l’abus du pouvoir conféré par le Parlement et le Conseil européen à la Commission a été pointé par la plus haute juridiction européenne, confirme l’Alliance pour la santé et l’environnement (Health and Environment Alliance, HEAL), une organisation non gouvernementale européenne qui rassemble une soixantaine d’associations de la société civile, de syndicats de soignants ou de mutuelles. La Commission va-t-elle couper court à son étude d’impact, ou va-t-elle la poursuivre, sans considération pour le coût d’un retard supplémentaire, en termes de santé publique ? »


Réponse : « La Commission tient à faire savoir que la première phase de l’étude d’impact est sur la bonne voie, dit au Monde un porte-parole de l’exécutif européen, en réaction à la décision du Tribunal. Les autres phases vont commencer début 2016. » Bruxelles dit vouloir achever l’étude en question « durant l’année 2016 » et assure que la définition attendue sera publiée ensuite « le plus vite possible ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/12/16/bisphenol-a-phtalates-pesticides-bruxelles-condamnee-pour-son-inaction_4833090_3244.html#wgwDVxP1eWIzTizY.99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apipassion.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tous victimes des pesticides   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tous victimes des pesticides
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Changement de reine tous les 2 ans !
» bonjour a tous je suis nouveau
» Association TOUS POUR EUX !!
» paille & pesticides
» bonsoir à tous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Api passion :: Le monde de l'apiculture :: Actualités apicoles-
Sauter vers: