Api passion

Pour les passionnés d'apiculture, d'abeilles et de miel.
 
AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion

N'hésitez pas à participer à ce forum en postant vos commentaires, vos remarques, vos infos...

Pour cela connectez vous... en cliquant sur une des deux abeilles.

Derniers sujets
» Monsanto condamné !
Mer 19 Avr - 15:32 par Vavid

» Les céréales, les fleurs, le miel et les abeilles
Mer 5 Avr - 20:56 par Vavid

» Les calculs du ministère pour sauver les pollueurs !
Mer 5 Avr - 20:54 par Vavid

» Revivez nos missions en RDC.
Sam 18 Mar - 18:10 par Vavid

» Quelques études intéressantes...
Lun 23 Jan - 14:33 par Vavid

» Excellentes émissions
Mer 18 Jan - 19:24 par Vavid

» Dessins de presse
Lun 16 Jan - 17:08 par Vavid

» PLAN D'UNE MIELLERIE
Mer 28 Déc - 14:20 par dimix972

» Rucher communal de Soudan
Sam 19 Nov - 17:19 par Vavid

Répondre

Partagez | 
 

 Les calculs du ministère pour sauver les pollueurs !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vavid
Admin


Messages : 150
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Les calculs du ministère pour sauver les pollueurs !   Mer 5 Avr - 20:54

Abeilles et pesticides : polémique entre les apiculteurs et le ministère de l’agriculture

LE MONDE | 24.03.2017 à 11h19 • Mis à jour le 27.03.2017 à 15h36 |
Par Stéphane Foucart

L’Union nationale de l’apiculture française accuse le ministère de cacher les dégâts des pesticides sur les ruches.
« Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées. » L’Union nationale de l’apiculture française (UNAF) a fait sienne la boutade de Churchill et devait publier, vendredi 24 mars, une note critique sur le programme national de surveillance de la mortalité des abeilles. Conduit par les services du ministère de l’agriculture, ce programme est, selon l’UNAF, entaché de plusieurs biais et tours de passe-passe statistiques conduisant à minimiser le rôle des pesticides dans le déclin des abeilles.


A l’automne 2016, le bimestriel La Santé de l’abeille publiait, sous la signature d’un expert du ministère de l’agriculture, un article concluant que seuls 13 des 195 cas de mortalités aiguës déclarés en 2015 en France étaient dus à des pesticides. Soit seulement 6,6 % des cas. Le gros des pertes était attribué à des pathogènes naturels (parasites, virus, etc.) ou des mauvaises pratiques apicoles. Frappantes, ces conclusions ont immédiatement fait l’objet d’un communiqué de presse du Réseau biodiversité pour les abeilles – créé par BASF – et ont même été citées dans une tribune du Wall Street Journal…

« Très surpris de ces chiffres, nous avons demandé l’ensemble des données au ministère », indique Anne Furet, chargée de projet à l’UNAF. La réanalyse de ces données indique, selon l’UNAF, une série de failles réduisant considérablement la part des mortalités attribuables aux pesticides.

Sous-représentation mécanique

L’unité statistique retenue, note l’UNAF, est l’événement déclaré – et non son ampleur. Trois déclarations totalisant dix ruches touchées par la loque (une maladie bactérienne) en Alsace pèsent ainsi dans l’analyse du ministère trois fois plus qu’une unique déclaration d’intoxication en Corse, touchant 200 ruches. Dans cet exemple précis, une colonie d’abeilles malade a donc un poids statistique soixante fois supérieur à une colonie détruite par un insecticide…

De plus, certaines maladies sont classées « dangers de première catégorie » et doivent être obligatoirement déclarées. Or, les suspicions d’intoxication ne sont soumises, elles, à aucune déclaration obligatoire. D’où une sous-représentation mécanique de ces mortalités. D’ailleurs, ajoute l’UNAF, des analyses toxicologiques ne sont conduites que dans une minorité de cas : ce qui n’est pas recherché ne peut être découvert.

Ce n’est pas tout. Dans de nombreux cas, assure le syndicat, c’est la détection d’un niveau élevé et létal d’un pesticide qui conduit au diagnostic d’intoxication. « Or, nous savons que la mortalité d’une colonie peut survenir pour des quantités de toxiques bien plus faibles », ajoute l’UNAF dans sa note, citant les effets synergiques de certains mélanges de molécules ou le fait que des pathogènes naturels peuvent plus facilement infecter des ruches affaiblies par l’exposition chronique à certaines molécules. Le syndicat apicole relève d’autres étrangetés : certaines grandes régions d’apiculture apparaissent déclarer très peu de mortalité. Voire aucune.

Au ministère de l’agriculture, on se défend de vouloir « cacher » les effets des pesticides sur les ruchers et on s’irrite de ce que l’UNAF « ait publié sa note avant de transmettre ses questions ». « L’article publié dans La Santé de l’abeille n’avait aucune ambition statistique, car le dispositif mis en place ne peut rendre compte de l’état sanitaire des ruchers français, dit-on rue de Varennes. Ce n’est pas nous qui avons donné une lecture statistique à ces résultats, mais le “Réseau biodiversité pour les abeilles”. » Au ministère de l’agriculture, on ajoute que le nom du dispositif – « réseau de surveillance des mortalités massives aiguës et des maladies classées dangers sanitaires de première catégorie des abeilles » – est une source de confusion, puisqu’en lieu et place d’une surveillance des mortalités sur l’ensemble du territoire, il n’est fondé que sur les déclarations des apiculteurs. Le réseau, ajoute-t-on au ministère, est en cours d’amélioration pour répondre à ces questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apipassion.forumgratuit.org
 
Les calculs du ministère pour sauver les pollueurs !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cherche une association pour SAUVER des chiens de chasse
» 20 jours pour sauver ce chien
» Nouvelle pétition 30 M d'Amis pour sauver les galgos
» Petition pour sauver les serres d"Auteuil
» Des miroirs pour sauver les élans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Api passion :: Le monde de l'apiculture :: Actualités apicoles-
Sauter vers: